Rechercher

Les pierres synthétiques sont-elles moins bonnes?

Dernière mise à jour : 30 mars

Vous souhaitez vous procurer une pierre de couleur, mais vous hésitez entre une pierre naturelle ou une pierre synthétique? Voici tout ce que vous devez savoir avant de faire votre choix.


Pour commencer, il faut comprendre la nuance entre les termes naturel, synthétique et imitation.


Saphir synthétique sur or blanc 14k. Commande spéciale par MCDécarie.


Les pierres naturelles viennent de la terre.

C’est sous une énorme pression, ainsi qu’une multitude de facteurs réunis, que peut avoir lieu la croissance de cristaux de façon naturelle. Ces gemmes portent les marques de leur croissance et témoignent de leur riche histoire, elles qui ont été créées il y a plusieurs millions d’années. Les gisements de pierres de couleurs sont généralement découverts par hasard; seuls les prospections de diamants sont financées par le privé. Les mines sont donc exploitées, souvent à la main, pour y trouver les préciaux cristaux. Après le travail de tri et de taille, seule une fraction des pierres recueillies s'avère de bonne qualité. Leur rareté influence leur prix. Plus une gemme est prisée et difficile à trouver, plus son coût sera exponentiellement élevé par rapport à sa grosseur et sa qualité. D'autres pierres, comme le quartz, se retrouvent un peu partout sur la planète, ce qui explique leur prix plus abordable.


Une mine de tourmaline. Photo par Vincent Pardieu/GIA.

Les pierres synthétiques sont fabriquées en laboratoires.

Les cristaux fabriqués par l'homme sont une réplique exacte de leur version naturelle, comme un clone réalisé à partir d’ADN. Elles ont les mêmes propriétés physiques : même composition, même dureté, même brillance. Elles sont parfois très difficiles à identifier, même pour les professionnels! Donc si vous craignez que votre pierre synthétique soit moins belle ou moins durable, détrompez-vous! Les pierres fabriquées en laboratoires ont généralement moins d’inclusions et ont la même résistance aux chocs et aux égratignures. Elles sont scientifiquement équivalentes aux naturelles. De moins grande valeur, elles sont plus abordables et leur impact environnemental est nettement plus faible que celui des pierres naturelles.


Les rubis synthétiques sont créés entièrement en laboratoires. Crédit photo : GIA

L'imitation peut être naturelle ou synthétique.

Lorsqu’on parle de pierres d’imitation, on fait référence à n’importe quel type de cristaux qui ressemble à la pierre naturelle, sans être pour autant un clone de celle-ci. Est-ce que les imitations sont aussi bonnes que leur version naturelle? C’est là que ça devient une question complexe, à laquelle il faut répondre cas par cas.


Prenons exemple sur l’aigue marine. D’une couleur bleu pâle, c’est une pierre relativement fragile, qui résiste mal aux chocs et égratignures. Une imitation que l’on utilise comme substitut est la spinelle synthétique. D’un bleu pâle légèrement plus saturé, la spinelle synthétique résiste mieux aux chocs et égratignures, alors que sa beauté est éblouissante.


Par contre, une imitation peut aussi être beaucoup moins durable. C’est le cas du verre que l’on utilise pour imiter à peu près n’importe quelle pierre de couleur. Peu résistant, il s’égratigne rapidement et n’est pas une option durable.


Une imitation peut aussi être naturelle, comme la spinelle rouge qui ressemble étrangement au rubis. Jadis surnommée « le rubis de l'homme pauvre », la spinelle est en fait une pierre d'une beauté remarquable, souvent plus claire et présentant moins d'impuretés que le rubis. Avant 1783, toutes les pierres rouges étaient appelées rubis, si bien d'une spinelle naturelle s'est retrouvée sur la couronne royale d'Angleterre, à l'époque présentée comme un rubis!